Translate

mercredi 18 décembre 2013

Errance nocturne...


Nous y voilà. Le bistrot est fermé, le dernier client est parti il y a une petite heure. Les chaises sont sur les tables, le balai est passé, le zinc brille de mille feux.

Il est 02h10 et la ville dort. Mais pas toute entière. Les excisés de la vie déambulent dans les rues, dans leurs salons, sur leurs claviers, dans leurs têtes.

Les souffrances rejaillissent, les douleurs s’exacerbent, la nuit révèle la peine des âmes.

Oh je vous vois les bienheureux, lisant ces vers qui n’en sont pas, vous demander « de qui parle-t-il ? »

Mais d’un ami bien sur. Un type qui me fait des confidences.

Un homme en peine d’amour à force d’avoir trop aimé.

Un homme en quête d’absolu bien que tout soit relatif.

Mesdames ce texte est contre vous. Tout contre.

Il est de ceux, cet ami, qui était

samedi 7 décembre 2013

Président, il est temps de se dire au revoir

Monsieur le Président, vous appelez à une union nationale. Permettez-moi, de gré ou de force, vos amis connaissent cette méthode, de vous toucher deux trois des maux qui se passent.
Tout a commencé non pas avec l'assassinat de Mohamed Brahmi, ni après celui de Chokri Belaid,. Ceux-là, les assassinats, sont vos échecs, ceux là, les personnes, sont nos martyrs, le drame est national, sa responsabilité vous incombe. Non, tout a commencé en 2008, dans le bassin minier de Gafsa, tout s'est amplifié en décembre 2010 par l'embrasement de plusieurs sinon la

vendredi 19 juillet 2013

Brétigny. Un drame et un seul acte.


Brétigny, des blessés, des morts.  Des regards hébétés, des regards de désarroi, des regards de peur, peur de ce qui s’est produit, peur de la nouvelle, peur de ne pas savoir, et peur de comprendre.

Brétigny, un drame. Des secours exemplaires, une organisation sans faille, le plan blanc déclenché. Une médecine dépêchée sur place, une lutte pour la vie démarre.

Brétigny, l’information qui déraille. Callaissage. Pillage. Ces affreux arabes qui viennent dépouiller l’autochtone, pas encore froid. Et tant pis si les dépouilles servent d’alibis aux complotistes du français décomplexé qu’une frange de la droite veut récupérer. La haine est sortie du Buisson.

Brétigny, ça fuse. 6 familles en deuil ca ne

mercredi 29 mai 2013

Femen, youtube et autres libertés.



Alors FEMEN ou pas FEMEN ? 

Voilà que le débat qui agitait jusque là l’occident, et qui concernait le bien fondé de l’action militante des FEMEN, se servant de leurs seins comme d’une banderole en plastique silliconé, voilà donc que ce débat là s’est transporté, a migré, sans papier ni visa, vers … la Tunisie. Ce n'est pas assez compliqué comme ça en Tunisie, les cerveaux commençaient à se scléroser, il fallait raviver un peu tout ça.

Inutile de revenir sur les actions d’Amina en Tunisie, les articles, commentaires et commentaires de commentaires ont inondé le web, la presse, la télé, la radio, les salons, les bus, et surtout la mecque du débat en Tunisie, les taxis. Rappelons juste qu'au départ il s'agit d'une demoiselle qui publie une photo, seins nues, sur sa page facebook avec un slogan tatoué sur la poitrine. Rappelons donc qu'il

mercredi 15 mai 2013

entendu lors du Vol ANC217 pour Tunis


Mesdames Messieurs les députés de la majorité parlementaire, bienvenue à bord de cet avion ANC 217 de la compagnie CONTRIBUABLES AIRLINES.

A l’instar de Christophe Colomb, nous ne savons pas où nous allons, en arrivant nous ne saurons pas où nous serons, et nous ferons tout ça avec l’argent des autres. 

Ce voyage institutionnel risque de prendre un peu de temps, aussi nous vous

vendredi 10 mai 2013

de l'art de vivre en Tunisie : élucubration nocturne.


Je vous livre ici, une reflexion écrite au cours d'une nuit d'insomnie, je vous la livre telle qu'elle, même si là, en plein jour,  Inhibition et pudeur oblige, j'en aurait modifié les trois quart. .


On passe de folles journées en Tunisie depuis la révolution.

Ca commence comme tout être humain par le réveil. Ce qui est plutôt bon signe, il paraît que l’avenir appartient à ceux là. Plein d’entrain et d’optimisme, grâce à une régénérescence des cellules, exacerbée par la présence dans cette couche encore chaude de l’être aimé, attisée par l’inqualifiable bonheur de voir ses enfants somnolant dans leurs lits, cristallisant sur leurs

vendredi 3 mai 2013

Vous êtes forcément quelque part...


L’islamophobie c’est la peur de l’islam. Et on nous dit qu’elle augmente en France.  De plus de 25% au premier trimestre 2013. Pour passer de 40 à 50 actes anti-musulmans enregistrés auprès des services de police et de gendarmerie. Décortiquez ces actes et vous verrez que ne sont pas comptabilisés les plus durs d’entre eux ; ceux perpétrés par les salafistes, djihadistes et autres farfelus en tout genres qui se prétendent musulmans et qui en sont pourtant les plus farouches adversaires. Incluez tous ceux là qui bafouent quotidiennement les lois de l’islam par leurs prosélytismes agressifs, par leurs interprétations radicales, par leurs fanatismes violents, et ces actes aussi

dimanche 10 février 2013

Tunisie : le faux débat.


Mes chers ami(e)s journalistes,

Nous vous sommes très reconnaissants d’avoir couvert la révolution tunisienne et d’avoir ainsi aidé un peuple à se libérer du joug de son despote grâce à la pression qu’à représenté votre action. Couverture certes un peu tardive, mais qui pourrait vous le reprocher, quand une partie du peuple tunisien lui-même n’a réalisé que tardivement ce qui était en train de se produire.

Or, en ce moment la Tunisie traverse une crise politique majeure qui la

vendredi 18 janvier 2013

complément d'enquete


Hier, jeudi 17 janvier 2013, le service Rédaction de France 2 diffusait dans son magasine « Envoyé Spécial » un sujet sur la Tunisie intitulé « Tunisie : sous la menace salafiste ».

Le sujet illustrait le titre, ou le titre illustrait le sujet, peu importe, le fait est qu’une fois visionné, la menace paraît réelle, le danger présent, la fin proche, le cataclysme imminent.

Pendant ce temps, une boucherie se déroulait non loin de là, en Algérie, où des forcenés de l’aqmi